Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affirmez vos positions !

Camarade,

 

Utilise les tracts et les articles de ce blog, ils ne sont la propriété de personne, ils ne font que refléter  les positions  d'une classe qui vit, qui lutte pour supprimer sa propre condition de salariée. Diffuse ces textes, discute-les, reproduis-les. 

Soyons le ferment ouvrier révolutionnaire et  lançons  nous  à l'assaut  du capitalisme qui  nous  exploite et nous opprime du nord au sud  de  l'est  à l'ouest !

PROLETAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ VOUS,

SUPPRIMEZ

LES ARMEES, LES POLICES, LA PRODUCTION DE GUERRE, LES FRONTIERES, LE TRAVAIL SALARIE !

ARMES, POUVOIR, ECONOMIE AU PROLETARIAT !

Rechercher

Les Nôtres

Ses camarades qui ne sont plus, mais qui par leur travail de militants révolutionnaires sont et seront, enrichissant par-delà de nous la mémoire accumulée de toute leur expérience de lutte, cuirassant le futur afin de nous armer dans nos combats jusqu'au triomphe de la révolution sociale pour qu’enfin se réalise la véritable communauté humaine. Vive la  révolution sociale !

 

Liens

3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 18:06

Qu’est ce que le socialisme de Jaurès ?

L’itinéraire d’un bourgeois républicain social patriote, opportuniste, révisionniste, social-catholique doublé d’un colonialiste aux visées impérialistes ! Jean Jaurès, était un homme politique français, né à Castres le 3 septembre 1859 et mort à Paris le 31 juillet 1914. Issu de la bourgeoisie et agrégé de philosophie, il commence sa carrière politique comme député républicain. Puis il adhère définitivement au « socialisme » après la grande grève des mineurs de Carmaux et s’oppose aux lois scélérates. En 1905, il est un des rédacteurs de la loi de séparation des Églises et de l’État. La même année, il participe à la création de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), dont il est l’acteur principal, unifiant ainsi le mouvement socialiste français. Ses positions réformistes lui valent toutefois l’opposition d’une partie de la gauche révolutionnaire.

Il consacre les dernières années de sa vie à empêcher, en vain, le déclenchement de la Première Guerre mondiale, et se lie aux autres partis de l’Internationale ouvrière, faisant planer la menace de grève générale au niveau européen. Ces positions pacifistes lui valent d’être assassiné par le nationaliste Raoul Villain à la veille du début du conflit. Cet assassinat atteint d’ailleurs son but, car il facilite le ralliement de la gauche, y compris beaucoup de « socialistes « à l'« Union sacrée ». Après tout Jaurès n’avait-il pas dit - "A celui qui n’a rien, la patrie est son seul bien." il évoqua quand même la nécessité pour chacun, si le conflit devait advenir, de mener « la guerre sainte pour notre France bien-aimée » Jaurès mourut alors comme il vécut, en grand bourgeois opportuniste.

Il consacre les dernières années de sa vie à empêcher, en vain, le déclenchement de la Première Guerre mondiale, et se lie aux autres partis de l’Internationale ouvrière, faisant planer la menace de grève générale au niveau européen. Ces positions pacifistes lui valent d’être assassiné par le nationaliste Raoul Villain à la veille du début du conflit. Cet assassinat atteint d’ailleurs son but, car il facilite le ralliement de la gauche, y compris beaucoup de « socialistes « à l'« Union sacrée ». Après tout Jaurès n’avait-il pas dit - "A celui qui n’a rien, la patrie est son seul bien." il évoqua quand même la nécessité pour chacun, si le conflit devait advenir, de mener « la guerre sainte pour notre France bien-aimée » Jaurès mourut alors comme il vécut, en grand bourgeois opportuniste.

Exploiter les colonies ; la manière humaniste

Jaurès, professeur à la Faculté des lettres de Toulouse, est un républicain français. La colonisation est pour lui un processus gagnant-gagnant. C’est une œuvre d’enrichissement intellectuel pour les colonisés, qui apprennent une vraie langue, et d’enrichissement matériel pour les colonisateurs qui, eux, savent déjà le français.

Notre grand humaniste exprime les choses très clairement : les indigènes doivent produire (c’est-à-dire travailler pour les colons) et maintenir l’ordre (tout en étant subordonnés aux officiers français). Le fait qu’on les manipule en les faisant " participer à l’administration de rares affaires " est la manière républicaine de les exploiter.

Discours pour l’Alliance française, Albi, 1884

"… Quand nous prenons possession d’un pays, nous devons amener avec nous la gloire de la France, et soyez sûrs qu’on lui fera bon accueil, car elle est pure autant que grande, toute pénétrée de justice et de bonté. Nous pouvons dire à ces peuples, sans les tromper, que jamais nous n’avons fait de mal à leurs frères volontairement : que les premiers nous avons étendu aux hommes de couleur la liberté des Blancs, et aboli l’esclavage […]; que là enfin où la France est établie, on l’aime, que là où elle n’a fait que passer, on la regrette ; que partout où sa lumière resplendit, elle est bienfaisante ; que là où elle ne brille plus, elle a laissé derrière elle un long et doux crépuscule où les regards et les cœurs restent attachés. "

"… L’Alliance a bien raison de songer avant tout à la diffusion de notre langue : nos colonies ne seront françaises d’intelligence et de cœur que quand elles comprendront un peu le français. […] Pour la France surtout, la langue est l’instrument nécessaire de la colonisation. […]

Il faut que les écoles françaises multipliées, où nous appellerons l’indigène, viennent au secours des colons français, dans leur œuvre difficile de conquête morale et d’assimilation. […]

Sur un million de Kabyles et d’Arabes, un centième à peine est passé dans nos écoles qui sont trop rares ; le reste nous ignore tout à fait et n’est français que par la conquête. Or quelle doit être notre ambition ? Que les Arabes et les Kabyles, commandés par des officiers français, servent à la garde et à la police de l’Algérie, de telle sorte qu’une bonne partie de l’armée d’Afrique puisse en cas de péril aller à une autre frontière : qu’ils entrent peu à peu dans nos mœurs politiques et participent à l’administration de rares affaires, enfin qu’ils deviennent le plus possible des producteurs. Mais si nous n’enseignons pas le français aux plus intelligents d’entre eux, comment pourrons-nous les subordonner à nos officiers […] ? " Raoul Girardet : Le nationalisme français, Ed. Seuil, 1983

On a fait le tour de la Kabylie, il y a deux ans, pour leur demander s’ils voulaient des écoles françaises ; ils ont accepté avec reconnaissance et leurs anciens ont remercié la France. Comment nos écoles ne seraient-elles pas aimées de ces peuples. [Jaurès fait volontairement l’impasse sur l’insurrection Kabylie en 1870-1871, la révolte des djouad après les rapines de Mac-Mahon, les massacres, les mensonges et les trahisons. Toute la politique française tendait à morceler les tribus et à diminuer l’influence des grandes familles afin de rendre l’armée française indispensable à l’ordre et d’éviter la formation de toute coalition pouvant amener les tribus arabes à former un front unique contre la domination française.] Cité in Encyclopédie berbère

Idem pour Viêt Nam, Jaurès vota sans hésiter les crédits militaires pour le maintien de la présence française au Tonkin en 1887 et, lorsqu’il évoque les années 1870 et 1871 dans son Histoire socialiste, ce sera pour y dire son amour de la patrie blessée, « la nation française humiliée », et non pour y parler de la Commune.

Se partager le gâteau, pacifiquement et en toute bonne conscience

Dans cet article de Jaurès, paru en 1896 dans La petite République, le plus remarquable est que les peuples colonisés sont condamnés à la passivité. L’amélioration de leur sort dépend entièrement des socialistes des pays colonisateurs, qui par ailleurs se donnent pour tâche de préserver, par l’entente, les intérêts économiques de leurs pays respectifs. L’intérêt des populations dominées est seulement de subir le traitement "le plus humain".

"La première règle pratique, c’est de veiller constamment à ce que les compétitions coloniales des divers peuples ne puissent jamais aboutir entre eux à la guerre. Il faudra pour cela que les socialistes aient le courage, chacun dans sa nation, de blâmer les prétentions excessives. Les socialistes n’y pourront réussir et ne pourront même s’y employer sérieusement qu’en suivant de très près, et pour ainsi dire au jour le jour, le mouvement colonial.

La deuxième règle, pour les socialistes de tous les pays, sera de demander pour les peuples vaincus ou les races soumises de l’Asie, de l’Amérique, de l’Afrique le traitement le plus humain, le maximum de garanties. Qu’il s’agisse des Hindous dominés par l’Angleterre, des Arabes dominés par la France ou des races africaines que se disputent et se partagent tous les peuples de l’Europe, c’est le devoir des socialistes de prendre, dans le Parlement de chaque pays, l’initiative des propositions humaines ou des protestations nécessaires. Cette action socialiste se produira, en chaque pays, avec d’autant plus de force et d’autorité qu’elle sera universelle et universellement probe, et que nul ne pourra y soupçonner un piège.

Enfin, il me semble que les socialistes devraient avoir comme troisième règle de marquer de plus en plus d’un caractère international les principales forces économiques que se disputent avidement les peuples. Il est visible par exemple, à l’heure actuelle, que tous les peuples européens cheminent vers les sources du Nil, parce que la possession du haut Nil et des grands lacs africains donne la maîtrise de l’Égypte et de tout le développement africain : c’est là le secret de tous les efforts, publics ou cachés, de toutes les combinaisons, loyales ou perfides, des peuples européens en Afrique, depuis dix ans surtout ; et il est possible que ces rivalités, en s’exaspérant, aboutissent à la guerre. Pourquoi un système de garanties internationales n’assurerait-il pas le libre passage du Nil, de la source à la mer, à toutes les activités, comme on a fait déjà pour le Danube et pour le canal de Suez ? "

Un sang impur dans les colonies ?

Dans l’article "La question juive en Algérie" du 1er mai 1895, publié dans La Dépêche, grand quotidien de gauche de Toulouse, Jean Jaurès alors âgée de 36 ans, donne son opinion sur les Juifs. Depuis 1892, Jaurès voit dans l’antisémitisme un "véritable esprit révolutionnaire".

L’antisémitisme populaire, qui se double d’un anticapitalisme, était regardé par un certain nombre de socialistes français historiques (Fourier, Proudhon, Lafargue, Rochefort entre autres) comme un mouvement sympathique, propre à ébranler le grand Capital.

Dans les villes, ce qui exaspère le gros de la population française contre les Juifs, c’est que, par l’usure, par l’infatigable activité commerciale et par l’abus des influences politiques, ils accaparent peu à peu la fortune, le commerce, les emplois lucratifs, les fonctions administratives, la puissance publique. […] En France, l’influence politique des Juifs est énorme mais elle est, si je puis dire, indirecte. Elle ne s’exerce pas par la puissance du nombre, mais par la puissance de l’argent. Ils tiennent une grande partie de la presse, les grandes institutions financières, et, quand ils n’ont pu agir sur les électeurs, ils agissent sur les élus. Ici, ils ont, en plus d’un point, la double force de l’argent et du nombre." cité par Michel Winock , La France et les Juifs, Ed. Seuil, 2004

À propos des Juifs, (Jaurès a alors 38 ans ; il n’est pas un jeune écervelé)

Il n’y a pas que l’Algérie : "Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion". Discours de J. Jaurès au Tivoli en 1898 ; cité par B. Poignant, Ouest-France 13 décembre 2005

Jaurès et le patronat

C’est Jaurès qui écrivait : « Je ne saurais trop vous redire : le capital et le travail sont inséparables. Il faut des patrons aux ouvriers comme il faut des généraux aux soldats. »

Les misères du patronat : « Il n’y a de classe dirigeante que courageuse. À toute époque, les classes dirigeantes se sont constituées par le courage, par l’acceptation consciente du risque. Dirige celui qui risque ce que les dirigés ne veulent pas risquer. Est respecté celui qui, volontairement, accomplit pour les autres les actes difficiles ou dangereux. Est un chef celui qui procure aux autres la sécurité, en prenant sur soi les dangers.

Le courage, pour l’entrepreneur, c’est l’esprit de l’entreprise et le refus de recourir à l’État ; pour le technicien, c’est le refus de transiger sur la qualité ; pour le directeur du personnel ou le directeur d’usine, c’est la défense de la maison, c’est dans la maison, la défense de l’autorité et, avec elle, celle de la discipline et de l’ordre.

Dans la moyenne industrie, il y a beaucoup de patrons qui sont à eux-mêmes, au moins dans une large mesure, leur caissier, leur comptable, leur dessinateur, leur contremaître ; et ils ont avec la fatigue du corps, le souci de l’esprit que les ouvriers n’ont que par intervalles. Ils vivent dans un monde de lutte où la solidarité est inconnue. Jusqu'ici, dans aucun pays, les patrons n’ont pu se concerter pour se mettre à l’abri, au moins dans une large mesure, contre les faillites qui peuvent détruire en un jour la fortune et le crédit d’un industriel.

Entre tous les producteurs, c’est la lutte sans merci ; pour se disputer la clientèle, ils abaissent jusqu'à la dernière limite, dans les années de crise, le prix de vente des marchandises, ils descendent même au-dessous des prix de revient. Ils sont obligés d’accepter des délais de paiement qui sont pour leurs acheteurs une marge ouverte à la faillite et, s’il survient le moindre revers, le banquier aux aguets veut être payé dans les vingt-quatre heures.

Lorsque les ouvriers accusent les patrons d’être des jouisseurs qui veulent gagner beaucoup d’argent pour s’amuser, ils ne comprennent pas bien l’âme patronale. Sans doute, il y a des patrons qui s’amusent, mais ce qu’ils veulent avant tout, quand ils sont vraiment des patrons, c’est gagner la bataille. Il y en a beaucoup qui, en grossissant leur fortune, ne se donnent pas une jouissance de plus ; en tout cas, ce n’est point surtout à cela qu’ils songent. Ils sont heureux, quand ils font un bel inventaire, de se dire que leur peine ardente n’est pas perdue, qu’il y a un résultat positif, palpable, que de tous les hasards il est sorti quelque chose et que leur puissance d’action est accrue.

Non, en vérité, le patronat, tel que la société actuelle le fait, n’est pas une condition enviable. Et ce n’est pas avec les sentiments de colère et de convoitise que les hommes devraient se regarder les uns les autres, mais avec une sorte de pitié réciproque qui serait peut-être le prélude de la justice ! »

Jean Jaurès alors âgé de 31 ans - 28 mai 1890 - La Dépêche de Toulouse.

L’affaire Dreyfus

Au début de l’affaire Dreyfus, Jaurès ne prend pas clairement position. Il va même jusqu’à condamner dans un premier temps la sentence de déportation, jugée trop clémente (un simple sous-officier aurait été purement et simplement condamné à mort). À propos de l’affaire Dreyfus. Qu’écrivait Jaurès en décembre 1894, deux jours après la condamnation ? « On a surpris un prodigieux déploiement de la puissance juive pour sauver l’un des siens. […] Dreyfus livrait des documents secrets pour de l’argent, voilà tout. » Et, quelques années plus tard, en évoquant Émile Zola et son fameux « J’accuse… ! » :

« Derrière lui, derrière son initiative hardie et noble, toute la bande suspecte des écumeurs juifs marche, sournoise et avide, attendant de lui je ne sais quelle réhabilitation indirecte, propice à de nouveaux méfaits. ». Cependant, à la suite de la pression populaire et politique, et aussi grâce à l’engouement de la jeune promotion normalienne et en particulier de Lucien Herr, convaincu par les militants allemanistes et par le "J’accuse" de Zola.

Les socialistes et l’humaniste Jaurès, prennent le train en marche, et se mettent à défendre Alfred Dreyfus. La popularité de l’affaire Dreyfus est une opportunité pour Jaurès de rentrer pleinement dans l’histoire. L’affaire met en jeu non seulement une injustice individuelle, mais le respect de l’humanité elle-même. Elle pose le problème du mensonge et de l’arbitraire des grandes institutions, notamment de l’armée qui entend avoir une "justice" séparée. En outre, les droites catholique et nationaliste instrumentalisent l’affaire en vue de renverser la République.

"Sans la République, le Socialisme est impuissant, sans le Socialisme, la République est vide."

Il s’oppose alors aux marxistes orthodoxes, dont le meneur, Jules Guesde, pour qui Dreyfus est un officier bourgeois et donc sa défense ne serait pas prioritaire (le souvenir de la répression sanglante de la Commune de Paris, et d’autres révoltes ouvrières, est pour beaucoup dans la défiance ouvrière envers la cause d’un officier bourgeois). Mais pour Jaurès, l’accablement de malheurs et d’injustices dont Dreyfus est victime gomme les différences de classe. Dreyfus n’est plus un privilégié ou un exploiteur : il est un homme qui souffre injustement.

Même s’il reconnaît la lutte des classes, pour Jaurès, l’humanité ne fait qu’une et l’homme de gauche doit s’impliquer dans la République pour une révolution démocratique et non violente. En 1904, le congrès de la deuxième Internationale lui préfère les idées de Jules Guesde mais les élections indiquent une faveur contraire : 31 députés à Jaurès et 12 à Guesde. Pour Jaurès, la grève générale est trompeuse et vaine. Pour être viable, elle nécessiterait des conditions difficilement réalisables. Soucieux de ne pas se couper du monde du travail, Jaurès lui reconnaît néanmoins une vertu : « La grève générale, impuissante comme méthode révolutionnaire, n’en est pas moins, par sa seule idée, un indice révolutionnaire de la plus haute importance. Elle est un avertissement prodigieux pour les classes privilégiées, plus qu’elle n’est un moyen de libération pour les classes exploitées »…

"La République c’est le droit de tout homme, quelle que soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté."

L’opportuniste Jaurès est un florilège a lui tout seul, justifiant toutes les récupérations politiques de l’extrême gauche à l’extrême droite, il n’aura eu de cesse d’appeler chaque homme à se livrer à « cette action vaillante et juste qui continue, en quelque sorte, l’œuvre de Dieu ».

Jaurès pouvait à la fois affirmer que « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage » et que les peuples doivent défendre la patrie… et de l’autre…. « La patrie n’est pas une idée épuisée, c’est une idée qui se transforme et s’agrandit » (Jean Jaurès dans L’Armée nouvelle)

À chacun son Panthéon

Raoul Villain fils cadet d’une famille appartenant à la petite bourgeoise provinciale son père est greffier en chef du tribunal civil de Reims. En 1904, séduit par le membre du Sillon, le mouvement chrétien social de Marc Sangnier (créateur des auberges de jeunesses) jusqu’à sa condamnation par Pie X en 1910, puis adhérent de la « Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine », groupement d’étudiants ultra-nationalistes d’extrême droite où il joue un rôle effacé, il reproche à Jaurès de s’être opposé à la loi sur le service militaire de trois ans.

L’assassin de Jaurès sera reconnu innocent et acquitté, la bourgeoisie débarrassée du trublion Jaurès, lui donnera raison, laissant une porte béante à la première boucherie mondiale !

Le petit Raoul est libéré cinq ans plus tard, il vivote aux crochets paternels pendant treize longues années… Jusqu’au miracle inespéré, l’héritage d’une tante (à moins que ce ne soit de son Oncle, terme plus communément employé dans ces cas-là) oubliée qui renfloue son compte en banque et l’encourage à tailler la route. Il voulait partir pour Tahiti. Ce sera finalement Barcelone puis, en 1933, Ibiza où la rencontre surréaliste du petit-fils de l’illustre Gauguin lui redonne la pêche. Les deux hommes construisent une villa à l’architecture contestable. Qu’ils n’habiteront pas. Le 14 septembre 1936, en pleine guerre d’Espagne, les Républicains passent le meurtrier de Jaurès par les armes, sans savoir qui il était. À Reims, la tombe familiale porte toujours son nom. Mais son corps, lui, n’est jamais revenu. Raoul Vilain toute comme Jaurès, était atteint d’un mysticisme patriotico-religieux investi d’une mission… Servir la France et Dieu.

Quant à nous, nous laissons Jaurès à tous les bonimenteurs du capital qui n’ont que l’audace de leurs fourberies, pour prétendre auprès des ignorants avoir quelque chose en eux de socialiste.

Laissons la conclusion à Engels dans une lettre adressée à Paul Lafargue, écrite le 6 mai 1894: « Puis ce M. Jaurès, ce professeur doctrinaire, mais ignorant, surtout en économie politique, talent essentiellement superficiel, abuse de sa faconde pour se forcer dans la première place et poser comme le porte-voix du socialisme qu’il ne comprend même pas. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Aliocha
commenter cet article

commentaires