Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affirmez vos positions !

Camarade,

 

Utilise les tracts et les articles de ce blog, ils ne sont la propriété de personne, ils ne font que refléter  les positions  d'une classe qui vit, qui lutte pour supprimer sa propre condition de salariée. Diffuse ces textes, discute-les, reproduis-les. 

Soyons le ferment ouvrier révolutionnaire et  lançons  nous  à l'assaut  du capitalisme qui  nous  exploite et nous opprime du nord au sud  de  l'est  à l'ouest !

PROLETAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ VOUS,

SUPPRIMEZ

LES ARMEES, LES POLICES, LA PRODUCTION DE GUERRE, LES FRONTIERES, LE TRAVAIL SALARIE !

ARMES, POUVOIR, ECONOMIE AU PROLETARIAT !

Rechercher

Les Nôtres

Ses camarades qui ne sont plus, mais qui par leur travail de militants révolutionnaires sont et seront, enrichissant par-delà de nous la mémoire accumulée de toute leur expérience de lutte, cuirassant le futur afin de nous armer dans nos combats jusqu'au triomphe de la révolution sociale pour qu’enfin se réalise la véritable communauté humaine. Vive la  révolution sociale !

 

Liens

4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 21:29

GANGRENE SOCIALE

Les moyens d'information nous parlent périodiquement des progrès sociaux qui nous seraient, parait-il, régulièrement octroyés par un capitalisme en perpétuel développement. A l'appui de cette affirmation ils peuvent citer par exemple, congés payés, et pour être plus d'actualité, la semaine  de 35h le remboursement de l'IVG , la retraite à 6X ans... et aussi le fait que le prolétariat, dans sa grande majorité, possède voitures, réfrigérateurs, cuisinières électriques, douches, parfois même, machine à laver. C'est ça le progrès affirment-ils.

A partir de là, certains en déduisent que le prolétariat est intégré par cette société en progrès permanent, et que donc la révolution est actuellement impossible. Pour qu'elle revienne à l'ordre du jour, il faudrait que le prolétariat soit en grande partie au chômage (sa passivité actuelle serait peut-être due à un chômage non encore suffisant ?j ne puisse plus subvenir complètement à ses besoins nutritifs, ne puisse plus posséder ni voitures, ni machines à laver, ni lave vaisselle électrique ... alors là, enfin dans la misère noire le prolétariat ne sera plus intégré ( en réalité dans une telle situation, n'étant plus uni sur le lieu de production, il se désintègre en tant que classe productive), et pourra enfin faire la révolution.

Bien, les faits cités à l'appui de ces positions sont irréfutables. Cependant, d'autres faits sont là, tout aussi irréfutables : utilisation des découvertes techniques non pas au service des travailleurs, mais contre eux, en intensifiant rendement et productivité, et sans baisser les heures de manière correspondant aux possibilités techniques et humaines, en dépréciant la valeur de la force de travail, en rendant le travail abrutissant, dénué d'intérêt. Qui plus est on peut remarquer un renforcement considérable de l'Etat, et donc de ses moyens de répression envers les franges prolétariennes qui osent lui tenir tête (cf. Pologne) et dont certaines n'ont pas attendu la misère absolue pour cela. Voilà une série de faits qui amènerait à penser que cette société, loin d'être en perpétuel développement, loin d'être progressive, est fondamentalement pourrie. N'oublions pas non plus que toute sa "richesse" entraine des milliers et des milliers de mort dans le monde. Mais définissons ce qu'il faut entendre par société progressive, et par là même ce qu'il faut entendre par progrès social.

Le concept de progrès social ne peut pas être défini dans l'absolu, sans faire référence à une société à l'intérieur de laquelle il s'insère, en effet son simple énoncé contient le terme social. Il s'en suit donc que des progrès sociaux et historiques ne peuvent prendre naissance que dans une société qui elle même elle même est progressive. Cela nous amène donc à repréciser ce que les révolutionnaires doivent entendre par société progressive. Nous avons bien écrit s ce que les révolutionnaires doivent entendre... et non pas s ce que les capitalistes doivent entendre ..., cela a une importance pour ce qui va suivre. En effet pour la classe capitaliste le degré de positivité ou de négativité ne peut se mesurer que par le degré d'extraction et de réalisation de la plus-value, par le degré d'accumulation du capital, et cela au vu de la place qu'elle occupe dans les rapports de production, place d'acheteurs de la force de travail, d'exploiteurs. Uh exploiteur voit la société (et la fait voir) avec ses propres yeux, il accordera un critère positif à la société lorsque l'exploitation fonctionnera correctement, et négatif lorsque cette dernière sera passablement enrayée, que ce soit par des facteurs strictement internes à la société elle-même du point de vue économique (cas de la crise de surproduction), ou autres, mouvement social...

Le prolétariat lui, vu la place qu'il occupe dans les rapports de production, et donc les révolutionnaires ont un point de vue évidemment radicalement différent. Visant la destruction de toute société d'exploitation de l'homme et la construction d'une société sans classes, humaine, ils n'accordent le critère de progressivité à une société de classe que lorsque celle-ci fait germer en son sein les conditions propres à son dépassement révolutionnaire vers le communisme. Inversement une société devient décadente lorsqu'elle n'a plus de justification historique socialement, lorsqu'elle subsiste tout en ayant développé, plus que suffisamment, les conditions propres à son anéantissement.                                                                                                                                                                                                                             Jusque là, rien de contradictoire, la vision que l'on a de la société dépend principalement de la place sociale occupée par l'individu, la classe. Ce qui serait contradictoire, par contre, serait d'être révolutionnaire, et d'avoir me conception capitaliste de la progressivité et de la décadence du capitalisme ; c'est-à-dire la première des deux conceptions décrites. Les termes étant de nouveau définis, nous pouvons continuer. Du point de vue révolutionnaire le qualificatif désignant la civilisation capitaliste ne peut être que décadence. En effet, cette société n'a plus de raison d'être historique. Plus qu'aucune des sociétés précédentes, elle a développé les forces productives, elle a unifié le monde entier sous sa coupe,elle a développé internationalement la dernière classe de l'histoire, la classe qui peut enfin matériellement mettre à bas la division de la société en classes : le prolétariat. En cela elle fut progressive par rapport aux sociétés précédentes, bien que réactionnaire par rapport au communisme. La réponse que donna le prolétariat à la 1ère guerre mondiale : vague révolutionnaire de 1917-37 fut la preuve tangible que le communisme était là, à la porte de l'histoire. A partir de là, la survivance du capitalisme devenait sans raison d'être. Depuis lors la décadence s'est accentuée. Aujourd’hui, d'un moment à l'autre, l'humanité peut passer des triomphes technologiques de l'ère atomique à la barbarie primitive d'une lutte désespérée pour sa propre survivance, contre les rudes forces de la nature, animées et inanimées. Ainsi dans ce cas le communisme ne deviendrait qu'une simple utopie, ses bases objectives ayant été détruites. La décadence capitaliste est plus profonde que toutes celles qui l'ont précédées dans l'histoire, car non seulement le capitalisme s'oppose à de nouveaux rapports de production progressifs mais sa survivance elle-même peut nier quelques dizaines de siècles de développement social par le biais d'une guerre mondiale.

Du point de vue capitaliste, comme nous l'avons dit, le degré de positivités ou de négativité dépend directement de la quantité de plus-value réalisée sur notre dos, de la "santé économique" du capitalisme. Pour cela, point n'est besoin de se référer aux sociétés divisées en classes qui précédèrent le capitalisme, ni au communisme. L'évolution historique et son moteur î la lutte de classe peuvent être laissées de coté pour les tenants de l'économisme. L'histoire contient son propre développement historique, sinon elle n'est pas Histoire, c'est ce que beaucoup semblent oublier. Pour ceux-là le capitalisme peut ainsi être étudié à la loupe, c'est-à-dire que ses turbulences économiques sont plus que démesurément grossies, de manière à ce que finalement, l'on ne comprenne plus rien à la direction, au développement historique, et/ou à leurs causes.

Ouvrons là une parenthèse: un physicien du début du siècle du nom d'Heisenberg, mit au point un principe, le principe d'incertitude, selon lequel plus on possédait d'informations précises sur la place,sur la situation exacte d'une particule en mouvement, moins on pouvait en déduire d'informations quant à son mouvement, sa vitesse, sa direction, où elle allait, d'où elle venait. Le parallèle à faire dans ce cas entre particules en mouvement et évolution historique est flagrant. Refermons cette parenthèse.

Le matérialisme historique s'opposait, et s'oppose toujours, au matérialisme bourgeois principalement parce que ce dernier considérait l'être uniquement comme être naturel ; quant à liai, le matérialisme historique mettait en avant le fait que cet être naturel faisait partie d'une société, et en conséquence était être social, L'homme est principalement l'ensemble de toutes ses sensations, de toutes les interactions qu'il a avec la société. De la même manière chaque société, chaque mode d'organisation du travail est le fruit des interactions avec la/les sociétés précédentes et avec la/les sociétés dont les bases objectives seront créées par le développement historique. Elle n'a pas d'existence uniquement refermée en soi, autonome. Le matérialisme bourgeois affirmait que le cerveau sécrète la pensée comme le foie la bile«, G® à quoi répondait le matérialisme pratique en disant que la pensée d'un homme donné est déterminée par la société dans laquelle il vit et la classe à laquelle il appartient (cela ne niant pas la nature biologique du cerveau). De la mime manière aujourd'hui le matérialisme historique doit s'opposer aux économistes à la noix de coco et autres qui expliquent le capitalisme par lui-même. Non le capitalisme ne s'explique par le capitalisme, sinon on ne comprendra rien à rien.

Il s'en suit comme corollaire direct que tous ceux qui dans le milieu révolutionnaire identifient décadence sociale à : une crise économique, c'est-à-dire tous ceux qui identifient un concept ne dépendant pas des aléas de l'économie capitaliste, mais dépendant de sa nature et de sa fonction historique, à un concept strictement interne au capitalisme, et dépendant de ses aléas, se fourvoient. Les idées dominantes dans une société divisée en classes sont celles de la classe dominante. Estimer que le capitalisme n'a plus de raison d'être uniquement parcequ'il serait en crise économique définitive ou non, n'est que l'image renversée, pour le prolétariat, d'une idée qui provient directement de la classe dominante, à savoir, encore une fois que, pour la caste capitaliste, la raison d'être de ce système est de produire de la plus-value, lorsque ce n'est plus le cas, lorsque sa réalisation ¿«vient quasi impossible, cas de la crise de surproduction, il perd sa raison d'être. Les révolutionnaires qui sont en extrême minorité en période de paix sociale, doivent avoir une méfiance certaine envers les idées dominantes, et se doivent de les étudier suffisamment. S'ils n'ont pas assimilé la décadence sociale, la décadence sociale, elle, alors les assimile, et risque bien de leur faire adopter un concept d'essence capitaliste.

Enfin comme corollaire final, il devient clair qu'une société en pleine putréfaction, comme celle que nous connaissons depuis le début de ce siècle, ne peut accorder un quelconque progrès social. A l'heure où est uniquement à l'ordre du jour la révolution sociale, la fin de l'exploitation de 1'homme par l'homme, les congés payés ou autres "victoires ouvrières" ne sont alors que d'amères pilules. Quant à la science, contrairement à ce que certains prétendent, elle n'est pas un facteur de progrès. Et cela n'est pas dû à de trop maigres investissements ou à de «mauvaises politiques". En fait la science ne peut pas opérer de miracles, dans une société en décadence sa marche en avant est aussi un facteur de décadence. Aujourd'hui ses découvertes sont dûes en grande partie dans certains domaines, à des recherches militaires, à des recherches sur la mort. Les connaissances et recherches sont respectivement détenues et développées par un nombre infime de spécialistes, le reste de la population étant laissé dans la complète méconnaissance dans tous les domaines. La science est comme cette société sclérosée. Ses résultats ne sont ni pleinement divulgués ni utilisés pour servir l'humanité. Dans certains domaines les dernières découvertes deviennent des secréts militaires divulgués non pas par des scientifiques mais par des espions. A l'heure où est enfin possible, vu le niveau des forces productives, une société qui, par un travail commun, de tous ses membres, journalier assez court, permettra à tous ceux qui le voudront de se consacrer à la recherche scientifique ou à ce qu'il leur plaira, et donc à l'heure où sont possibles d'immenses progrès scientifiques réalisés par le plus grand nombre et pour tout le monde, à cette heure là, les découvertes scientifiques et techniques actuelles apparaissent non seulement comme ayant souvent des retombées négatives mais aussi, lorsque ce n'est pas directement le cas comme relativement bien pauvre.

En conclusion, les avantages ou "progrès" obtenus dans cette société décadente, lorsqu'ils existent, ne s'insèrent pas dans un progrès social et historique, au contraire dans le contexte historique, ils ne sont que des simulacres de progrès, ils sont, comme cette société, misérables. Quant aux tenants de l'intégration du prolétariat, il nous suffira de leur rappeler que la contradiction fondamentale sur laquelle survit le capitalisme, est la contradiction de classe : capital / travail. Nier cette contradiction, en intégrant le prolétariat, reviendrait à nier l'existence même du capitalisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by For Continuité - dans Quelques archives
commenter cet article

commentaires