Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affirmez vos positions !

Camarade,

 

Utilise les tracts et les articles de ce blog, ils ne sont la propriété de personne, ils ne font que refléter  les positions  d'une classe qui vit, qui lutte pour supprimer sa propre condition de salariée. Diffuse ces textes, discute-les, reproduis-les. 

Soyons le ferment ouvrier révolutionnaire et  lançons  nous  à l'assaut  du capitalisme qui  nous  exploite et nous opprime du nord au sud  de  l'est  à l'ouest !

PROLETAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ VOUS,

SUPPRIMEZ

LES ARMEES, LES POLICES, LA PRODUCTION DE GUERRE, LES FRONTIERES, LE TRAVAIL SALARIE !

ARMES, POUVOIR, ECONOMIE AU PROLETARIAT !

Rechercher

Les Nôtres

Ses camarades qui ne sont plus, mais qui par leur travail de militants révolutionnaires sont et seront, enrichissant par-delà de nous la mémoire accumulée de toute leur expérience de lutte, cuirassant le futur afin de nous armer dans nos combats jusqu'au triomphe de la révolution sociale pour qu’enfin se réalise la véritable communauté humaine. Vive la  révolution sociale !

 

Liens

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 10:52

C'est parce que le capitalisme est un état de crise permanente que la révolution sociale est une nécessité permanente ! Toutes nos luttes contre le capitalisme seront vaines, si nous oublions que notre but est d'en finir de ce système, que notre destin n'est pas de nous suicider ni de ramasser les miettes tombées du festin de ces castes d'oligarques, mais bien d'abolir tout système d’exploitation de l’homme par l’homme !

 

La vérité de cette misère que nous subissons est que les forces productives dans l’économie du capitalisme sont devenues excédentaires par rapport aux performances des nouveaux moyens de productions. La vérité de cette misère que nous subissons est que les moyens de productions et leurs technologies se dispensent  de main-d’œuvre qualifié, et qu’ils sont facilement délocalisables dans les pays ou nos frères de classe crèves depuis trop longtemps, démunis de l’essentiel, prêt à tous les sacrifices pour une misérable poignée d’euros.

Pour que chaque lutte soit une victoire nous devons l’exporter dans la rue et qu’elle s’enfle en s’additionnant solidairement à la population! La voie à suivre est  celle d’une lutte opiniâtre  unitaire sur nos propres intérêts  en  rejetant  systématiquement  les directives syndicales et en les combattants. Les syndicats ne sont pas divisés, ils poursuivent leur travail de sape, chacun d’eux étant spécialisés dans l’imposture sociale, pendant que l’un va nous promener l’autre signe les “accords entre le patronat et l’état“.

La classe ouvrière doit combattre sans relâche et rejeter toutes les magouilles syndicales et patronales qui se trament dans son dos et en son nom! La belle trouvaille de cette chiennerie a toujours été de mettre la classe ouvrière la plus misérable du monde en concurrence avec une partie de ses frères de classe, là se situe la véritable émergence des pays dont nous parlent toutes ces crapules.

 

Arrêtons d'écouter le baratin des Montebourg et des syndicats contre les décisions légales ou "illégales" du capitalisme sur les délocalisations ou encore de fermer telle ou telle unité de production !

Arrêtons d'écouter le baratin de cette ploutocratie essentiellement composé de repris de justice, ils sont tous des Jérôme Cahuzac. Arrêtons d'écouter le baratin des syndicats et de tous les usurpateurs  mafieux qui feignent l'indignation devant les salaires outranciers des dirigeants d’entreprises alors qu’eux-mêmes s’octroient privilèges, s’enrichissent par des bakchichs, s’octroient des retraites dorées, déjouent le fisc, mentent sans vergogne et qui pris la main dans le pot s'auto-amnistie en douce par des lois qui les blanchissent de toutes leurs escroqueries … mais encore une fois, il n'y a là rien de nouveau !

Ce n'est pas contre les salaires exorbitants des "Carlos Ghosn" ni des turpitudes des Jérôme Cahuzac qu'il faut se révolter, mais contre ce système qui nous transforme d'ouvrier-esclaves pour finir dans l'isolement d’une misère sociale conduisant les plus faible d’entre-nous à se suicider !

 

 

L’ordre du capitalisme mondial est aujourd’hui à la paupérisation et à une exploitation esclavagiste des travailleurs du reste du monde afin de dégager une sur-valeur phénoménale, c’est la seule solution qui s’offre à lui pour maintenir sa domination en tant que système économique. Répandre la misère !

Nous devons rejeter le pacifisme social en occupant la rue, en établissant des liens entre les différents mouvements de lutte directement et à la base, ce n'est pas "faire le jeu du capital " que de lutter contre la classe dominante par tous les moyens" légales" ou "illégales" mais le contraire ! C'est par des luttes d'ampleurs que nous ferons reculer la bourgeoisie à condition de ne pas confiner nos luttes à son "usine" à sa "corporation ", à sa "nation" à sa "boite". Si nous ne voulons pas crever nous devons manifester plus que jamais notre solidarité de classe, cette solidarité passe par l'extension des luttes par de-là des frontières et des corporatismes !

 

Rien à faire des propos patriotiques des bourgeois du Front “national“ de gauche et du P"C"F avec leurs "Nous sommes la cinquième économie du monde, nous fabriquons les meilleures fusées du monde, le meilleur train du monde" Rejetons les propos chauvin qui nous divise comme les fameux "savoir faire des ouvriers français" ou encore de la qualité du "made in France" propos insultant pour tous nos frères de bagne sur cette terre. Plus nous serons conscients des manipulations qui cherchent à nous diviser et plus nous renforcerons nos conditions d'unité et de victoire d'en finir.

 

                                               OUI UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE.

             mafia-politique.jpg

 

Pour cela, il nous faut : Refuser résolument les directives conciliatrices des syndicats et des gauchistes qui prônent  la défense de l’entreprise, du travail à horaire variable, de la production en fonction des commandes, du sauvetage par des réductions de salaire ou par des augmentations d’horaires non rétribués ! Rien à faire de contrôler le livre des comptes des entreprises, quant il suffit d’un clic de souris pour transférer  des millions d’euros !

Si nous ne voulons pas nous retrouver dans la pire des pauvretés nous devons maintenant détruire ce qui fait leurs richesses, c'est-à-dire  l’État - la nation - ses armées des militaires et civiles que sont les syndicats et toutes les associations de conciliation du rafistolage sociales qui œuvrent à  préserver la domination de cette classe de bourgeois et  de leur caste politique mafieuses ! 

 

Mettre fin à cet ignoble carnaval derrière lequel il faudrait encore nous sacrifier pour sauver les emplois en nous  appauvrissant encore plus !  Camarades, nous devons frapper un grand coup, comprendre et réaliser ce que notre force représente internationalement, prendre en main notre destin en abolissant  toute exploitation de l’homme par l’homme. Travailler pour satisfaire nos besoins et ceux de la communauté humaine, vivre pour s’épanouir et jouir de la vie, tel doit être notre objectif final.

 

GÉNÉRALISONS LA LUTTE  A TOUS LES SECTEURS POUR DÉTRUIRE CE SYSTEME D'ESCLAVAGE SALARIÉ QUI N'EN FINIT PAS DE CREVER. AUCUN SACRIFICE !

A BAS LA PAIX SOCIALE !  PROLÉTARIAT CONTRE BOURGEOISIE!

                 CREVES-LA-FAIM CONTRE BOURGEOIS !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Groucho - dans Internationalisme
commenter cet article

commentaires