Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affirmez vos positions !

Camarade,

 

Utilise les tracts et les articles de ce blog, ils ne sont la propriété de personne, ils ne font que refléter  les positions  d'une classe qui vit, qui lutte pour supprimer sa propre condition de salariée. Diffuse ces textes, discute-les, reproduis-les. 

Soyons le ferment ouvrier révolutionnaire et  lançons  nous  à l'assaut  du capitalisme qui  nous  exploite et nous opprime du nord au sud  de  l'est  à l'ouest !

PROLETAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ VOUS,

SUPPRIMEZ

LES ARMEES, LES POLICES, LA PRODUCTION DE GUERRE, LES FRONTIERES, LE TRAVAIL SALARIE !

ARMES, POUVOIR, ECONOMIE AU PROLETARIAT !

Rechercher

Les Nôtres

Ses camarades qui ne sont plus, mais qui par leur travail de militants révolutionnaires sont et seront, enrichissant par-delà de nous la mémoire accumulée de toute leur expérience de lutte, cuirassant le futur afin de nous armer dans nos combats jusqu'au triomphe de la révolution sociale pour qu’enfin se réalise la véritable communauté humaine. Vive la  révolution sociale !

 

Liens

17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 16:41

Les syndicats n'ont jamais trahi la classe ouvrière, ils s'en sont servis comme d'une matière première (cheptel, chair à sueur et par la suite chair à canon afin d'asseoir leur pourvoir de négriers, de négociateurs d'esclaves allant jusqu'à fixer le cours de la force de travail à la Bourse du même nom. Loin du romanesque la bourse du travail  est  vite devenue un bureau de placement ou les employeurs venaient faire leurs emplettes d'esclaves, de journaliers, de tâcherons, ou encore de piéceurs et autres manœuvres suivant les cours fixés par les pionniers de la bureaucratie syndicale. La légende veut y voir l’école de la conscience communiste celle “ du grand soir“  non de dieu ; quelle fumisterie !

Les syndicats n'ont jamais défendu les intérêts de la classe ouvrière, mais uniquement l'aménagement de son exploitation, en collaborant avec les organisations patronales et l’état, s'appropriant de la classe ouvrière comme d'une force armée afin d'appuyer leur pouvoir de parasite et ainsi de bénéficier d'énormes avantages de nature financière, économique, sociale, comme n'importe quelle autre castes parasitaires au service de l'État capitaliste, ce qu'ils ont toujours été et seront jusqu'à la fin, fin qui ne pourra être réalisé que par la classe ouvrière elle-même. .

Seul aujourd'hui, les gauchistes Maoïstes à la CFDT et les Trotzkistes à la FO-CGT, sont les rabatteurs des syndicats. Quant aux Bordigo-Trotzkistes du CCI " dépositaire de l'Immaculée doctrine" (Révolution Internationale en France) s'ils n'y adhèrent pas, mène une politique d'une telle confusion qu'ils en deviennent complices. Ces derniers irons jusqu'à regretter l'absence de UGTT pendant les émeutes en Tunisie ! Et verrons (non sans rire) jusqu'à voir dans l'organisation de milices anti - pillards des boutiquiers égyptiens les prémisses des conseils ouvriers ! …. 

BY: NOT IN OUR NAME 2012

QUAND LA DÉTERMINATION PRENDRA LE PAS SUR LA RÉSIGNATION, QUAND LA VOLONTÉ D’EN FINIR DE CE MONDE PRENDRA LE PAS SUR L’INDIGNATION ET LA SOUMISSION,

                                                   ALORS TOUT DEVIENDRA POSSIBLE !                                              

          A BAS L’ÉTAT - L’ARMÉE – LES SYNDICATS – LES FRONTIÈRES – LE TRAVAIL SALARIÉ.                                        

Partager cet article

Repost 0

commentaires