Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Affirmez vos positions !

Camarade,

 

Utilise les tracts et les articles de ce blog, ils ne sont la propriété de personne, ils ne font que refléter  les positions  d'une classe qui vit, qui lutte pour supprimer sa propre condition de salariée. Diffuse ces textes, discute-les, reproduis-les. 

Soyons le ferment ouvrier révolutionnaire et  lançons  nous  à l'assaut  du capitalisme qui  nous  exploite et nous opprime du nord au sud  de  l'est  à l'ouest !

PROLETAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ VOUS,

SUPPRIMEZ

LES ARMEES, LES POLICES, LA PRODUCTION DE GUERRE, LES FRONTIERES, LE TRAVAIL SALARIE !

ARMES, POUVOIR, ECONOMIE AU PROLETARIAT !

Rechercher

Les Nôtres

Ses camarades qui ne sont plus, mais qui par leur travail de militants révolutionnaires sont et seront, enrichissant par-delà de nous la mémoire accumulée de toute leur expérience de lutte, cuirassant le futur afin de nous armer dans nos combats jusqu'au triomphe de la révolution sociale pour qu’enfin se réalise la véritable communauté humaine. Vive la  révolution sociale !

 

Liens

17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 16:41

Les syndicats n'ont jamais trahi la classe ouvrière, ils s'en sont servis comme d'une matière première (cheptel, chair à sueur et par la suite chair à canon afin d'asseoir leur pourvoir de négriers, de négociateurs d'esclaves allant jusqu'à fixer le cours de la force de travail à la Bourse du même nom. Loin du romanesque la bourse du travail  est  vite devenue un bureau de placement ou les employeurs venaient faire leurs emplettes d'esclaves, de journaliers, de tâcherons, ou encore de piéceurs et autres manœuvres suivant les cours fixés par les pionniers de la bureaucratie syndicale. La légende veut y voir l’école de la conscience communiste celle “ du grand soir“  non de dieu ; quelle fumisterie !

Les syndicats n'ont jamais défendu les intérêts de la classe ouvrière, mais uniquement l'aménagement de son exploitation, en collaborant avec les organisations patronales et l’état, s'appropriant de la classe ouvrière comme d'une force armée afin d'appuyer leur pouvoir de parasite et ainsi de bénéficier d'énormes avantages de nature financière, économique, sociale, comme n'importe quelle autre castes parasitaires au service de l'État capitaliste, ce qu'ils ont toujours été et seront jusqu'à la fin, fin qui ne pourra être réalisé que par la classe ouvrière elle-même. .

Seul aujourd'hui, les gauchistes Maoïstes à la CFDT et les Trotzkistes à la FO-CGT, sont les rabatteurs des syndicats. Quant aux Bordigo-Trotzkistes du CCI " dépositaire de l'Immaculée doctrine" (Révolution Internationale en France) s'ils n'y adhèrent pas, mène une politique d'une telle confusion qu'ils en deviennent complices. Ces derniers irons jusqu'à regretter l'absence de UGTT pendant les émeutes en Tunisie ! Et verrons (non sans rire) jusqu'à voir dans l'organisation de milices anti - pillards des boutiquiers égyptiens les prémisses des conseils ouvriers ! …. 

BY: NOT IN OUR NAME 2012

QUAND LA DÉTERMINATION PRENDRA LE PAS SUR LA RÉSIGNATION, QUAND LA VOLONTÉ D’EN FINIR DE CE MONDE PRENDRA LE PAS SUR L’INDIGNATION ET LA SOUMISSION,

                                                   ALORS TOUT DEVIENDRA POSSIBLE !                                              

          A BAS L’ÉTAT - L’ARMÉE – LES SYNDICATS – LES FRONTIÈRES – LE TRAVAIL SALARIÉ.                                        

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 21:26

Esclaves Salariés-copie-1

AVEC OU SANS TRAVAIL NOUS NE SOMMES QUE LES ESCLAVES DU CAPITALISME

                                           Ier MAI: A BAS LA FETE DE L'ESCLAVAGE SALARIÉ !

Alors, joyeux fêtards, on va défiler dans la rue, tenus en laisse par là main paternelle du “Capital“. On va nous promener comme des toutous dociles et nous allons pouvoir faire notre crotte syndicale hors des chiottes de l'usine ou du bureau, Surtout, n'oubliez pas de lever la patte de plaisir lorsque vous entendrez les slogans jouissifs tels que “ A bas les patrons voyous !, Sauvons l’acier  “Français“, A bas les licenciements “Financiers“  etc...   "Qu'importe que la niche soit un bagne pourvu qu'on nous permette de nous y vautrer avec délectation".                                                                                                                                                

Au lieu d'aboyer à la lune et de secouer nos colliers de droite ou de gauche en jappant tristement lors de vos manifs et grèves de 24 heures bidons, il serait temps que vous compreniez frères esclaves que L'OS à RONGER EST POURRI DEPUIS LONGTEMPS, que le travail salarié fait de nous des ESCLAVES dont même les maîtres n'avaient pas prévu uneTELLE SOUMISSION!            

Consciemment ils se réjouissent de votre état et ne demandent qu'une seule chose: pouvoir continuer à vous exploiter, à vous faire travailler, à pouvoir acheter (patrons et Etat) ou vous faire vendre (syndicats) votre force de travail contre un salaire qui vous fera croire qu'ensuite vous pourrez vivre; il y va de leur vie» Mais vous, tous survivez à peine, d'ennui, de soumission, de fatigue, d'une existence qui prendra fin (ouf!) dans le cercueil béni par un clown aussi mort que vous . Serons-nous capables un jour de mordre les couilles de tous ces avortons qui encensent le travail, qui y trouvent la dignité de l'homme, alors que  LE TRAVAIL FORCÉ EST LA PLUS IGNOBLE CRAPULERIE QUE DES HOMMES “ AIENT "INVENTÉ" POUR PAIRE CHIER D'AUTRES HOMMES.

Qu'y a-t-il de beau et de noble d'être obligé de se lever à 6 h du matin, de prendre les transports en commun (on est vraiment transportés de- joie d'être tous des esclaves en commun!) comme du bétail qu'on mène à l'abattoir, et tous ces efforts grotesques pour se retrouver sot et endormi à reproduire des gestes dont on ne ressent absolument pas le besoin car on est totalement étranger à l'activité qu'on nous impose comme une nécessité. Que voulez-vous, c'est la vie! dira-t-on. Mais c'est le Capital qui nous impose cette "vie", qui nous fait prendre des vessies pour des lanternes, qui nous fait dire par nos bouches et nos esprits aliénés par lui que tout cela est immuable, dans l'ordre naturel des choses, éternel.

Tout cela est naturellement faux. ON PEUT EN FINIR AVEC TOUTE CETTE MERDE CAPITALISTE: sortons de nos chenils et imposons la société sans classe, sans travail salarié, où il ne sera plus nécessaire de vendre sa force de travail pour vivre enfin.

DE CHACUN SELON SES CAPACITÉS, A CHACUN SELON SES BESOINS.                                                          

 Ne suivez PAS les ordres des syndicats ! Détruisez vos cartes syndicales et prenez enfin vos problèmes en main.

Ce n'est PAS contre ce qu'on appelle la  "crise" qu'il faut se battre, c'est CONTRE L'EXPLOITATION CAPITALISTE.

FIN DU SALARIAT = FIN DU CHOMAGE !

Ce n’est PAS contre ce qu’on appelle “le racisme“ qu’il faut se battre, c’est CONTRE TOUTES LES FRONTIERES DES NATIONS DU CAPITALISME qui parquent  nos frères, nos soeurs comme un cheptel, nous  empêchant  de RÉALISER  UNE VÉRITABLE COMMUNAUTÉ HUMAINE !

L’ABOLITION DES FRONTIERES ET DES NATIONS  =  FIN DU RACISME !

 

PROLÉTAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS,

    SUPPRIMEZ LES ARMÉES. LES POLICES, LA PRODUCTION DE GUERRE, LES FRONTIÈRES,                               LE TRAVAIL SALARIÉ! , ARMES, POUVOIR, ÉCONOMIE AU PROLÉTARIAT!

 

F. O. R Continuité   Avril – Mai 2012.

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 23:30

BRISONS NOS CHAINES !

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE AVEC NOS FRÈRES DE CLASSE

Nous sommes des esclaves, des salariés, chaque jour nous vendons notre force de travail à ceux qui nous exploitent.

 

 LES SYNDICATS PRÉTENDENT NOUS DÉFENDRE, ÊTRE DES ORGANISMES OUVRIERS.

ILS NOUS MENTENT !

LES SYNDICATS PRÉTENDENT S'OPPOSER AU CAPITALISME, LUTTER AVEC  ACHARNEMENT CONTRE LE PATRONAT ET L'ETAT POUR LEUR ARRACHER D'ÉNORMES AVANTAGES MATÉRIELS POUR NOUS.

ILS NOUS MENTENT !

Que font donc les syndicats ?

Les syndicats et les patrons, avec pour complice l'Etat, nous jouent un véritable cinéma, faisant semblant pour les uns d'avoir des difficultés à céder ce que les autres font semblant de leur disputer avec acharnement. Ce qu'ils veulent tous, c'est restreindre ce que nous pourrions être tentés de réclamer tout en nous faisant croire que notre sort est lié à 1a bonne ou a la mauvaise marche de l'entreprise. Combien de fois les syndicats nous ont-ils affirmé que si nous en demandions trop, l'entreprise serait en faillite et qu'alors nous serrions licenciés ?

Malgré les apparences, les syndicats négocient calmement le prix de notre exploitation, ils sont, devenus les spécialistes de la vente de notre force de .travail, les maquereaux de notre prostitution.

Que font-ils encore ?

Les syndicats ont un rôle de soupape-de-sureté. Ils déclenchent des grèves et des actions qu'ils Isolent et cloisonnent pour canaliser notre mécontentement. Ces grèves bidon ont pour but et pour effet une démoralisation de ceux qui en sont dupes. De plus, les grèves de 24h, de 48h, grèves tournantes secteurs par secteurs, manifestations pour des peccadilles qui gênent tout le monde : SAUF  L'ETAT, ET LE CAPITAL.

Les syndicats arrêtent net les grèves qui peuvent représenter un réel danger pour le capital, calomniant et taxant de "provocateurs fascistes" les ouvriers qui ont le courage d'avoir des tripes, Ils jouent les flics dans les entreprises et ont autant  d'autorité sinon plus encore que la direction elle-même.        

Luttons pour un changement radical dans l'ordre des choses !

Luttons pour en finir avec notre vie misérable!

Luttons contre notre propre condition d'exploités et d'opprimés!                                                                                                        

ASSEZ de tromperies et des mensonges ! REAGISSONS! Brûlons nos Cartes syndicale !

Dénonçons le rôle des syndicats! Luttons contre eux, quels qu'ils soient, aussi radicaux qu'ils affirment l’être!

Dans la grève, élisons nos propres délégués révocables à chaque instant. Formons nos propres organes de combat qui feront trembler tous les salauds d'exploiteurs de la terre. Prouvons à nos ennemis que nous sommes autre chose qu'une masse compacte de bagnards acceptant la tête basse toutes leurs décisions.

NE NOUS CONTENTONS PLUS DES MIETTES QUE NOUS LAISSENT PATRONS, ETAT ET SYNDICATS.

           Refusons de nous laisser enfermer  dans nos usines ! Contentons nous d’un sabotage astucieux des machines ! Refusons le corporatisme qui nous isolent, refusons d’être réduits à des entités patronales  qui nous divisent !

Aujourd’hui nous sommes  méprisables, et nous le serons tant que nous ne réagirons pas comme classe révolutionnaire un rien de notre part, hors des syndicats, fera trembler ce système pourri et soulèvera l'enthousiasme du prolétariat mondial.

 

Lançons  nous  à l'assaut  du capitalisme qui  nous  exploite et nous  opprime du Nord au Sud  de  l'Est  à l'Ouest !

 

VIVE  LA  RÉVOLUTION   SOCIALE

POUR  L'ABOLITION  DES  CLASSES  QUI  DIVISENT  LA  SOCIÉTÉ  EN FORCES  RIVALES !

POUR  UNE  HUMANITÉ  UNIE  SANS  FRONTIÈRES  ET  SANS  CLASSES,

ABOLITION  DU   SALARIAT ! 

 

FOR Continuité  document d'archive Supplément a Alarme n° 2                

Repost 0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 21:41

Révolte 2010GFS 

                      A bas la  paix sociale

            Internationalisons nos luttes                                  Vive la Grève Générale !

 

                       OU EST-ELLE NOTRE SOLIDARITé DE CLASSE ?

 

Pourquoi  n’avons-nous pas unifié notre lutte à celle de nos camarades  Anglais, Allemands, Belges, Espagnols, Grecs, Italiens, Portugais, Tchèques ? N’ont-ils donc pas les mêmes problèmes  que nous !

Enfin Camarades où est-elle  notre solidarité de classe ? Avons nous encore une dignité ou sommes nous devenus du bétail juste bon qu'à être  karcherisé, insulté et spolié par les laquais aux ordres du capital ! Allons-nous continuer à bêler derrière des syndicats qui ne sont rien d’autres que les partenaires sociaux du capital, chargés de maintenir la paix social en dévoyant nos haines, nos colères et nos souffrances, dans des cortèges digne du Mahatma Gandhi.

les syndicats veulent amménager  nos départs a la retraite ils ont des propositions ! vous n'êtes qu'une bande de pourriture! ON NE NEGOCIE PAS UNE RéGRéSSION ! CELA S'APPELLE de la collaboration de classes ! VOUS N'ETES PLUS A UNE TRAHISON PRÈS, VOUS N’ETES QUE DE LAMENTABLE LARBINS.

Nous ne serons jamais le cheptel du capital et encore moins celui des syndicats ! Si ces derniers s'obstinent à faire de nous des perdants, qu’ils sachent, comme le dit si bien « l’Internationale », que nos balles seront bientôt pour nos "propres "généraux“.

Nous ne sommes rien avec les syndicats alors soyons tout sans eux et contre eux en les dénonçant, en les démasquant  mais  aussi en les combattant. Bas les masques!

Le pire ennemi de la classe ouvrière est celui qui se trouve a l'intérieur de ses rangs !

Pour faire front aux attaques répétées  d’un capitalisme, de plus en plus pédant, arrogant et injurieux, il est urgent de créer un bloc unitaire par-delà les frontières. Nos victoires à venir dépendent  irrémédiablement de notre capacité d’unir nos luttes. Tous ensembles, Ses solidaires et unis que nous triompherons

 

Nos armes: LA Greve générale, LA rue, la LUTTE, L’OCCUPATION  des usines par les GREVISTES, les chomeurs et a l’ensemble de la POPULATION OUVRIERE et sabotage sur le materiel Si  les biens  de productions sont menacé d’enlevement ou susceptible d’etre remis en fonction par d’autres individus, (les chiens de garde du capital) 

                               Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs buts. Ils proclament hautement que ces buts ne pourront être atteints sans le renversement violent de tout l'ordre social actuel. Que les classes régnantes tremblent à l'idée d'une révolution communiste. Les prolétaires n'ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! "Manifeste du parti communiste" - Karl Marx et Engels - 1848

 

             vive la révolution sociale

    solidarité internationale de tous les travailleurs

                    Vous pouvez le copier, distribuer, transmettre, afficher, publier, télécharger, diffuser.                                                                                http://syndicats.contre.classe.ouvriere.over-blog.com

Repost 0